Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 12:00

Coco, roi de la flambe

On l'a vu précédemment, certains films (blockbusters, suites ou autres films à fans) réalisent des démarrages fulgurants, avant parfois de chuter brutalement. Au final, l'indice de succès de ces films ne dépasse pas 2.

L'exemple récent le plus symptomatique, en 2009, est sans doute Coco. Le film de Gad Elmaleh, très attendu après le succès de Chouchou, réalisa le meilleur démarrage du premier semestre avec plus d'1,8 million de spectateurs en première semaine. Il faut préciser cependant que cette semaine correspondait au Printemps du cinéma, qui a certainement contribué de l'ordre de quelques centaines de milliers de spectateurs à ce résultat. La chute de fréquentation en deuxième semaine n'en fut que plus dure : près de deux tiers de spectateurs en moins ! Même sanction en troisième semaine : malgré un nombre de copies proche du record (871), le film, qui avait fait le plein de fans en première semaine, n'attirait plus que quelques retardataires non échaudés par le bouche-à-oreille calamiteux. Le film quitta les écrans au bout de huit semaines, après avoir multiplié ses entrées de la première semaine par 1,67 seulement (le plus mauvais indice de succès parmi les films millionnaires) !

Slumdog Millionaire, success story au long cours

Heureusement, tous les films ne connaissent pas ce destin. La qualité des films et un bon bouche-à-oreille - toujours plus rapide et efficace avec Internet - permettent à certains films de durer et de devenir un phénomène avec le temps.

Slumdog millionaire en est l'exemple le plus emblématique cette année. Film modeste (le réalisateur est connu mais le casting indien était inconnu et en partie non professionnel), distribué sur un nombre limité de copies (126, soit 11 de moins que Notorious B.I.G. par exemple), le film de Danny Boyle pouvait déjà s'estimer heureux de réunir près de 209 000 spectateurs en première semaine (Notorious B.I.G. en attira 132 000… sur toute sa carrière !) et pouvait prétendre aux 500 000 entrées finales.

C'était sans compter sur le bouche-à-oreille phénoménal qui multiplia rapidement les spectateurs. Le film fut d' une stabilité remarquable, en maintenant ses entrées autour de 200 000 spectateurs hebdomadaires pendant une dizaine de semaines et en gagnant des copies au fil des semaines. Il se paya même le luxe de réaliser son meilleur score en septième semaine (307 531 entrées), grâce à l'effet oscar, cérémonie où il rafla huit statuettes. Fin 2009, soit près d'un an après sa sortie et bien qu'il soit disponible en DVD depuis cet été, le film attirait toujours plusieurs centaines de spectateurs chaque semaine dans les salles.

Au final, l'indice de succès atteint 12,92. Un score vraiment incroyable à une époque où les films sont éjectés des écrans au bout d'une semaine comme de vulgaires produits de consommation, et de loin le meilleur indice de l'année et sans doute de la décennie (depuis 2006, seuls deux films ont dépassé 10 : Little miss sunshine et La vie des autres ont atteint 11,16 précisément).

succès éphémère-succès durable-Coco et Slumdog Million

Partager cet article

Repost 0
Published by Doc Statistic - dans L'oeil de Ciné Kino
commenter cet article

commentaires

Le Blog De Doc Statistic

  • : Le blog de Doc Statistic
  • Le blog de Doc Statistic
  • : Faire rimer amour du cinéma et goût du chiffre !
  • Contact

Critiques-analyses de films

Recherche

Archives